Barbara

Fragson

Allez savoir pourquoi, au piano, ce jour-là,
Y'avait une musique sur le bout de mes doigts,
Une musique,
Allez savoir pourquoi les pianos jouent parfois,
De drôles de musiques sur le bout de nos doigts,
Allez savoir, pourquoi,

Dans le salon vieil or, où j'aime travailler,
Tout en regardant vivre mes objets familiers,
Je jouais, jouais,
Pendant que sur mon mur, dansait la Loie Fuller,
Sous l'oeil énamouré et l'air patibulaire,
De Fragson, Fragson,

Allez savoir pourquoi il existe des nuits,
Où sous un ciel de soie, des papillons de nuit,
Volent, multicolores,
Allez savoir pourquoi, mais c'était une nuit,
Où, seule à mon piano, j'étais au paradis,
Quand tout à coup, venu de ta planète,
Le téléphone sonne sur mon île déserte,
Et c'était toi, ô toi,

Allo, allo, mon coeur, me murmurait ta voix,
Je n'étais pas ton coeur et c'était une erreur,
Mais, je n'ai pas raccroché,
Et tu n'as pas raccroché,
Et si je n'ai jamais su qui tu cherchais,
J'ai tout de même compris que l'on s'était trouvés,
Et depuis ce jour-là, où tu l'as découverte,
Tu es le Robinson de mon île déserte,
Tu es le Robinson de mon île déserte,
Parce qu'un jour, un piano, allez savoir pourquoi,
Jouait une musique sur le bout de mes doigts,
Une musique,
Parce qu'un jour, un piano,
Un piano, un piano.

(Barbara/Barbara)